Critique de Good Time avec Robert Pattinson

Les frères Safdie reviennent cette année avec Good Time, un polar moderne de haute volée porté par Robert Pattison. Petit budget, technique irréprochable, découvrez cette petite pépite du cinéma américain.

 

Une proximité avec le spectateur

good_time_robert_pattinson_courtesy_a24

Les frères Safdie (Ben joue le frère du personnage de Pattinson dans le film) sont parvenus à créer une vraie sensation de proximité avec leur spectateur. Via une réalisation réaliste, au plus près de l’action, et une écriture qui cherche à humaniser le plus possible son protagoniste, Good Time est un film intimiste.

Le spectateur suit un petit malfrat, interprété par Robert Pattinson, accompagné de son frère autiste. Après un braquage qui tourne mal, le personnage de Pattinson se retrouve en cavale, tandis que son frère finit à l’hôpital. Il va tenter de le récupérer par tous les moyens. Plan par plan, les frères Safdie parviennent à créer une promiscuité, un attachement au personnage. Dans un visuel très précis, où les couleurs s’opposent, dominées par un rouge récurant confronté à un vert synonyme d’espoir, Good Time impressionne. La technique est irréprochable, totalement variante entre les différentes valeurs de plans, toujours très fidèle à la situation. La bande originale appuie le rythme métallique et hypnotique, une musique envoûtante, quelque part entre de la science-fiction et le cinéma de Nicolas Winding Refn.

thumb_51655_film_film_big

La volonté de proximité n’est pas sans rappeler le cinéma de Scorsese auquel les frères Safdie font souvent références. La réalisation est finalement très prenante, et très fluide. L’action se passe en très peu de temps, pratiquement sur 24 heures, ce qui n’est pas sans rappeler le récent Victoria de Sebastian Schipper. Le final est une pépite d’émotion, tout en retenue, qui offre un soupçon d’espoir et d’adaptation dans une société complexe. Avec la participation d’Iggy Pop, et ce générique de fin qui vient se greffer à l’image, les frères Safdie ont frappé fort. Et l’aide de Robert Pattison, qui n’a pas exigé un très gros salaire, simplement présent pour augmenter la popularité du film, est subtile, impressionnant et fait des choix de carrière brillants.

 

Good Time est porté par une bande originale totalement hypnotique, par Robert Pattinson encore très convaincant dans un rôle de composition, et un scénario réaliste pour une approche intimiste. Ce petit malfrat devient arrachant, dans un monde cruel, dans une société ou l’épanouissement est compliqué. Très sobre, Good Time est un grand polar.

 

Publicités

Une réflexion sur “Critique de Good Time avec Robert Pattinson

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s