Et le village s’endort… ou quand le conte et le jeu se confondent

Il vous est peut être arrivé à l’occasion, en famille ou entre amis de jouer au célèbre jeu de société : les loup-garous de Thiercelieux. Ce jeu de cartes met en scène un village, quelque peu envahi par les loup-garous et qui voit chaque nuit, lorsque tout le monde est endormi, un de ses villageois tué par les bêtes. Heureusement, certains habitants ont des capacités bien utiles pour lutter contre le fléau : la petite fille, le maire,  la sorcière… La bande dessinée dont je vais vous parler aujourd’hui n’a pour synopsis ni plus ni moins que celui du jeu. Le plus curieux étant que les deux autrices, au moment de réaliser cette bande dessinée ne connaissait pas le   jeu !

Tout d’abord elle vient d’où cette bande dessinée ? 

Et le village s’endort est la traduction française d’une bande-dessinée espagnole parue en 2016. Réalisée par Núria Tamarit et Xulia Vicente, elle avait, à l’époque, rencontré un certain succès mais n’avait jamais été traduite en France. Heureusement, Marc-Antoine Fleuret, éditeur de la maison d’édition Les Aventuriers de l’étrange a décidé de se lancer dans la traduction de cet ouvrage pour le plaisir des lecteurs français. Pour ceux d’entre vous qui ne la connaîtraient pas encore, Les Aventuriers de l’étrange est une petite maison d’édition basée à Saintes (17) qui s’est lancé dans le projet d’éditer de la bande-dessinée encore jamais traduite en France. Son premier titre Omar, le navigateur, écrit par Pedro Rodriguez, ne m’avait que moyennement conquise et j’avais hâte de découvrir ce qu’ils avaient d’autre à proposer. La maison d’édition a annoncé la sortie en aout d’un troisième projet, mais je vous laisserai le découvrir par vous même sur leur site.

photo 2 et le village

D’accord, mais c’est quoi le rapport avec les loups garous ? 

Et le village s’endort raconte la vie d’un petit village dont le nom n’est jamais prononcé Pas plus que l’année ou même le siècle dans lequel se déroule notre histoire. On peut supposer que l’intrigue se joue entre le XX et XXI ème siècle même si certaines pratiques (comme le fait de vouloir brûler des sorcières) lui donne un côté bien plus ancien. Dans ce village, tout le monde semble avoir un rôle bien défini : la sorcière qui fait ses potions, la chasseresse qui chasse, le prêtre qui sermonne, les loups garous qui grognent, le maire qui magouille, la petite orpheline qui espionne et le personnage qui va nous intéresser en ce début d’histoire : le « simplet du village » Barnabé. Au début de notre histoire, on suit Barnabé qui récolte des escargots pour aider la sorcière du village. Il est rapidement rejoint par la petite orpheline et tout deux s’amusent à se bander les yeux et se cacher. Malheureusement, dès le lendemain, le corps de Barnabé est retrouvé étendu et mutilé dans la forêt. La discorde naît dans le village et tout le monde suspecte tout le monde. Mais, une personne à tout vu et connaît la vérité : la petite fille.

Et…c’est bien ? 

Et le village s’endort est une bd bien plus complexe qu’il n’y paraît, aussi bien dans le fond que dans la forme. La narration est découpée en deux grandes phases : le jour et la nuit. Le jour les traits sont bleus et on suit le présent, le quotidien des gens du village. La nuit, les traits sont noirs et l’on découvre la vérité sur ce que dissimule les rayons du soleil. Cette double narration est appuyée par le choix des dessinatrices de se répartir le travail. En effet l’une dessine le jour et l’autre la nuit. Le fait de changer de couleur mais aussi de style graphique est très intéressant et renforce cette impression de rupture entre le soleil et la lune. Pour ce qui est de l’écriture, le style est simple mais efficace, on ne se perd jamais malgré la complexité de l’intrigue que l’on ne perçoit pas tout de suite. J’avoue avoir eu peur de la fin quand le premier retournement de situation, qui peut être un peu  prévisible selon moi intervient mais il est éclipsé dans la dernière page par la vraie et très surprenante fin de la bande dessinée, qui elle est à la fois évidente et inattendue.

Photo 3 et le village .jpg

Donc on fait quoi ? 

Et le village s’endort paraît le 25 mai en librairie et est à seulement 19 €. Donc foncez chez votre libraire pour l’acheter et le lire. Si jamais votre libraire ne l’a pas (ça arrive parfois) n’hésitez pas à le commander sur le site leslibraires.fr qui comparé à d’autres ne fait travailler que des libraires indépendants ! En attendant, je vous attend personnellement à la librairie Peiro-Caillaud de Saintes, où nous l’aurons bien sûr.

Bonne lecture !

Pour ceux qui veulent en savoir plus sur l’origine de cette maison d’édition :

https://schleifenstadt.wordpress.com/2018/05/13/et-le-village-sendort-rififi-au-fin-fond-de-la-campagne/

http://les-aventuriers-de-letrange.fr
Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s